Certains indicateurs utilisés en Œnologie comme l’Acidité Totale, le pH ou le SO2 ont longtemps été réalisés par voie chimique, après distillation et virage d’indicateurs colorés etc … L’essentiel des normes OIV reste basé sur cette chimie ainsi que les mesure de référence des normes COFRAC. Nous avons tous en tête nos TP de chimie… La verrerie, les becs Bunsen et pour ma part les piètres résultats que j’obtenais ! N’ayez plus peur, les progrès de l’électronique et de l’électrochimie ont beaucoup simplifiés ces manipulations.

Pour quelques centimes par analyse de façon totalement automatisée :

Pour le SO2 le pH et l’AT, il existe des appareils comme le AT1122 Hach, peu onéreux permettant de faire ces analyses avec une grande fiabilité, de façon entièrement automatisée, pour quelque centimes d’euros de réactifs …

AT1122, LA TITRATION DE RÉFÉRENCE


Les titrateur Hach sont une référence en terme de performance et surtout de coût.

OXYMÈTRE HACH, POURQUOI FAIRE PLUS?


La mesure de l’O2 dissout à un niveau qui permet de prendre des décisions opérationnelles.

TURBIDIMÈTRE HACH, FAUT-IL ENCORE LE PRÉSENTER?


C’est un instrument incontournable. Indestructible.